L’inopposabilité d’une réception d’un marché public n’impliquant pas le maître d’ouvrage 

Si en application du CCAG-Travaux (2009-2014), à défaut de décision du maître de l’ouvrage notifiée dans le délai contractuel de trente jours faisant suite aux opérations préalables à la réception, les propositions du maître d’œuvre s’imposent au maître de l’ouvrage et au titulaire (art. 41. 3) ; n’est pas opposable au maître d’ouvrage, le procès-verbal signé que par le maître d’oeuvre ainsi que par…...

Ce contenu est uniquement réservé aux membres Basic , Prémium, Suprême, et VIP annuel Pro .
Se connecter S’abonner

Désordres apparents ou connus non réservés lors de la réception aux frais et risques du maître d’ouvrage 

“Les désordres thermiques et phoniques affectant le transformateur de la salle de projection n° 1, de même que les défectuosités des panneaux de protection de cet équipement, étaient connus dans leur nature et leur ampleur dès le 28 juillet 2014, ainsi que l’établit le courriel échangé à cette date entre la maîtrise d’ouvrage et la société Artélia Bâtiment et Industrie, mais n’ont pas été…

Désordre décennal dû à une température insuffisante

Est affecté d’un désordre de nature décennale, l’ouvrage présentant une isolation déficiente, si bien que des températures insuffisantes, de l’ordre de quatorze degrés, ont été relevées dans les bureaux l’hiver, et son chauffage nécessite de fortes consommations énergétiques. Eu égard à la vocation du bâtiment, qui est notamment d’accueillir des activités tertiaires, de tels désordres sont de nature à rendre l’ouvrage impropre à sa…

Pourrissement des bois d’une barrière d’une carrière : désordre décennal 

Les barrières en bois de la carrière présentent des désordres, tels qu’un pourrissement du bois, de nombreuses déformations et l’éclatement du bois des poteaux, qui n’étaient pas connus du maître d’ouvrage avant la réception sans réserve de l’ouvrage. Ils constituent un danger pour les usagers de la carrière, rendent le barriérage en bois impropre à sa destination et sont donc susceptibles d’engager la responsabilité…

Une crue d’ampleur exceptionnelle n’absorbe pas les fautes contractuelles 

Une crue d’ampleur exceptionnelle ayant créé des désordres sur l’ouvrage n’exonère pas le titulaire et le maître d’œuvre de leur responsabilité, dès lors que le titulaire s’est abstenu, conformément aux stipulations du marché, de refermer au plus tôt la partie haute de l’ouvrage, ce qui aurait pu empêcher les désordres, et que le maître d’œuvre aurait dû mettre le titulaire en demeure de réaliser…

Désordres présentant des risques pour les usagers relèvent de la garantie décennale

La fissuration, le décollement des carrelages et l’altération des joints de plage, des murets et de certaines parois verticales des bassins de l’ouvrage présentent un caractère récurrent et évolutif, ce qui a nécessité plusieurs interventions. Ces désordres font courir aux usagers un risque de chute et de blessures, et rendent ainsi l’ouvrage impropre à sa destination, relevant donc de la garantie décennale des constructeurs….

Responsabilité in sodium des titulaires qui ont tous concouru aux malfaçons constatées 

Le maître d’ouvrage est fondé à demander la condamnation de la société B, titulaire du marché de travaux, pour avoir omis de poser certains joints et de réaliser un traitement approprié sur d’autres joints, ainsi que de M. A, maître d’œuvre, qui avait la responsabilité d’assurer la supervision de l’exécution des travaux de manière périodique, avec une fréquence minimale hebdomadaire. TA Besançon, 15/06/2023, n°…

Le désordre connu avant la réception est considéré comme apparent après la réception

Si le maître d’ouvrage prononce la réception sans réserve alors qu’il avait connaissance d’un désordre affectant l’ouvrage, il ne peut engager la responsabilité décennale du titulaire du marché dès lors que ce désordre est considéré comme apparent lors de la réception. CAA Douai, 06/04/2023, n°22DA00446, considérant 7...

Ce contenu est uniquement réservé aux membres Basic , Prémium, Suprême, et VIP annuel Pro .
Se connecter S’abonner

⚖️ Responsabilité contractuelle des constructeurs pour des manquements en géotechnique dans la construction d’une station d’épuration

Des malfaçons ont été constatées sur la construction d’un clarificateur d’une station d’épuration du Barcarès. Les sociétés Vinci Construction et Sogea Sud, qui ont réalisé les travaux, ont indemnisé le maitre d’ouvrage et demandé en retour un remboursement à la société Egis Eau, le maitre d’œuvre, et à la société Socotec, le contrôleur technique.  Les sociétés Sogea Construction et Sogea Sud ont manqué à…

⚖️ Le manque de compétences de l’économiste de la construction n’exonère pas la rédaction erronée du CCTP 

Les erreurs dans la rédaction du CCTP ayant causé des désordres sur l’ouvrage engage la responsabilité solidaire du groupement de maîtrise d’oeuvre y compris l’économique de la construction et l’affirmation non assortie de justification de l’expert qu’une la prescription (absente dans le CCTP) ne serait pas de sa compétence, ne modifie pas l’imputabilité du manquement car, dès lors que la rédaction des CCTP lui…...

Ce contenu est uniquement réservé aux membres Prémium et Suprême.
Se connecter S’abonner

Fin du contenu

Fin du contenu